La robotisation et l’automatisation des établissements de production est une étape fondamentale pour la croissance économique de la France et pour la compétitivité des entreprises ; pour cette raison, l’état français a lui aussi mis à disposition des aides et des subventions en faveur de cette évolution.

Voyons alors quelles sont, au niveau national, ces allocations gouvernemantales. 

Le suramortissement

Le suramortissement permet une déduction fiscale, jusqu’à 40%, de la valeur initiale d’un investissement.

Il permet donc de réduire le résultat fiscal et se répartit sur la période d’utilisation du bien acquis. 

Cet amortissement de 40% est reservé aux PME avec moins de 250 employés, ou bien à celles dont le chiffre d’affaires est inférieur à 50 millions d’euros.

Les entreprises dont les états financiers ne dépassent pas 43 millions d’euros peuvent également en bénéficier. 

Le suramortissement est réservé aux investissements du domaine de la robotique et de la numérisation, comme par exemple :

  • robot et cobot
  • outils pour la production additive
  • capteurs physiques destinés à l’acquisition de données en usine de production
  • machines de production programmables
  • outils de réalité augmentée ou réalité virtuelle venant soutenir le développement de produits

La DDFIP, déduction exceptionnelle pour les investissements de robotisation et de transformation numérique

Cette déduction est encore une fois destinée aux PME qui investissent dans la robotique et la numérisation pour leur entreprise. Il s’agit d’une déduction du revenu imposable de 40% de la valeur initiale de l’actif inclus dans les biens immobiliers au bilan. 

Les critères d’éligibilité, ainsi que les biens sujets à cette déduction, sont les mêmes que pour le suramortissement. 

aides financiéres pour robotisation
Un ouvrier construit un robot

Le programme Robot Start PME

Le programme ROBOT Start PME est un soutien à toutes les PME qui ne disposent pas encore d’un système robotique dans leur entreprise. 

Ce programme finance 10% de l’investissement total et accompagne les PME vers la transformation avec l’appui d’un expert effectuant le diagnostic, la définition de projet…

Le programme, d’une période de deux ans et demi, aidera 250 entreprises à l’aide du fond d’investissements d’avenir. 

Tout le projet se déroule en trois phases fondamentales :

  • diagnostic et étude des opportunités 
  • étude de faisabilité
  • projet définitif et aide dans le choix des fournisseurs

Pour accéder à ce type de soutien économique, l’entreprise doit être une PME établie sur le territoire français ; en outre, elle ne doit pas disposer de robot industriel, pas même hors-service. 

De plus, il faudra établir un contrat avec le CETIM pour toutes les phases initiales d’analyse et obtenir un retour favorable du comité de pilotage pour pouvoir procéder.

Le prêt French Fab 

Le prêt French Fab – Technologies et usages du futur de Bpifrance soutient les PME dans la modernisation et la numérisation de leurs établissements de production.

Tous les secteurs sont concernés, bien que l’industrie soit prioritaire, dans le but de rendre les entreprises plus compétitives et plus productives grâce à l’adoption de nouveaux outils et intégrations technologiques. 

Les fonds disponibles pour ce projet sont compris entre 100 000 et 5 millions d’euros et font partie des mesures d’investissement du ” Programme Investissements d’Avenir (PIA) “. 

Les investissements peuvent être consacrés à l’acquisition et à l’utilisation de technologies visant à améliorer la production en termes de coût, de qualité et d’efficacité. 

Les entreprises ayant au moins trois ans d’existence et moins de 5 000 salariés peuvent accéder à ces fonds. Son chiffre d’affaires annuel doit être inférieur à 1500 millions d’euros et doit être économiquement stable.

Le prêt pour l’automatisation et la robotisation de l’industrie

Ce type de prêt prend en charge les dépenses d’investissements matériels mais aussi immatériels qui entrent dans le processus de production pour l’automatiser

Il s’agit notamment de robots manipulateurs et d’imprimantes 3D, mais aussi de systèmes de vision artificielle et de capteurs pour la collecte de données, ainsi que de robots convoyeurs. 

Le prêt varie de 0,1 à 5 millions d’euros et sera remboursé sur 7 ans, le premier remboursement du principal étant reporté de deux ans. 

Pour obtenir ces avantages, les entreprises doivent avoir au moins trois ans et une bonne stabilité financière : toutes les obligations fiscales doivent être remplies. 

Comau Robotics peut bien vous aider vers la robotisation,

Contactez-nous, un conseilleur sera disponible pour vous aider!

On est toujours à vos côtés