Quand les constructeurs de voitures de sport choisissent des cobots pour mieux travailler

122
cobot production voitures Comau

En Allemagne aussi, les constructeurs automobiles choisissent le modèle HUMANufacturing de Comau, selon lequel “la collaboration est la nouvelle automatisation“. 

Ainsi, depuis fin 2018, avec l’approbation du TUV, l’association allemande d’inspection technique, la technologie Comau est pleinement opérationnelle.

Dès le début, l’industrie automobile a été l’une de celles à devoir innover les chaînes de montage et les rendre les plus automatisées possibles. Ce n’est pas un hasard si elle est aujourd’hui l’une des industries où la présence de robots sur les lignes de production est la plus forte

Cependant, ces applications robotiques prennent beaucoup de place et des barrières bien définies sont nécessaires pour délimiter les espaces où travaillent les opérateurs et ceux créés exclusivement pour les robots.

Ainsi, grâce à Comau, une solution mieux adaptée aux espaces restreints a été cherchée, où les humains et les robots peuvent travailler sans entrave et en toute sécurité.

Cobot industrie automobile
Le cobot AURA en fonction dans l’usine en Allemagne pour la production de voitures.

Pourquoi appliquer la robotique collaborative dans l’industrie automobile ?

Pour l’entreprise cliente, la décision a d’abord été prise en fonction de certains objectifs, tels que :

  • améliorer l’ergonomie ;
  • optimiser les processus de production, permettant aux opérateurs de travailler sur des tâches à forte valeur ajoutée ;
  • pour être parmi les précurseurs de l’innovation dans le domaine de la cobotique, en appliquant les nouvelles technologies avant les concurrents. 

Ainsi, au sein de l’entreprise, comme exposé plus haut, des robots collaboratifs ont trouvé leur rôle dans l’atelier de carrosserie, pour souder deux variantes de traverses arrière à assembler successivement sur la carrosserie. 

Comment l’homme et le cobot travaillent-ils ensemble ?  

Le cobot AURA Comau, avec la charge utile la plus élevée actuellement sur le marché, a d’abord été considéré avec scepticisme par l’entreprise mais aussi par les syndicats allemands : travailler sans protection avec un cobot aussi gros semblait effrayer les opérateurs ; au contraire, après quelques essais initiaux et sans formation spéciale des opérateurs, le travail entre le cobot et l’homme a parfaitement réussi

Les capteurs qui recouvrent la peau de l’AURA sont si sensibles au moindre contact qu’ils rassurent immédiatement tout le monde. 

Alors que AURA effectue les opérations les plus lourdes et les plus répétitives, l’opérateur, en toute sécurité et dans le même espace partagé, se déplace pour charger les plus petits supports, qui seront soudés ultérieurement. 

En outre, l’opérateur est responsable du contrôle de la qualité et de la programmation des opérations du robot. 

Ensuite, on procède à un soudage automatique, qui se fait avec des barrières de protection traditionnelles, et une fois la pièce soudée, l’AURA la dépose sur un convoyeur qui la relie à la chaîne de production principale. 

Comment fonctionnent les cobots de Comau ? Quel est leur contenu innovant ?

Deux robots ont été intégrés dans l’installation de production : le robot collaboratif AURA, ainsi qu’un robot AGV, Agile1500, responsable de la logistique interne.

Enfin, un système de vision a également été développé pour aider le cobot à ramasser les pièces non finies même si elles ne sont pas commandées, de sorte que l’opérateur ait plus de liberté et n’ait pas à sélectionner les pièces manuellement, puisqu’elles sont toutes éparpillées dans un bac. 

Pour que la manutention devienne plus fluide et plus efficace, l’AGV Agile1500 déplace les bacs dans la cellule de production : il sélectionne le bon bac à la demande de l’opérateur et l’amène au robot collaborateur. 

Il est certain qu’au vu du succès de la première expérience de robotique collaborative intégrée, la société continuera à ajouter de nouveaux cobots à sa chaîne de production.