Le secteur de la logistique continue de se développer, grâce aussi au développement du monde e-commerce, et les technologies appliquées changent avec, en suivant les exigences de chaque différent entrepôt. 

On voit donc un certain développement économique de la logistique et des investissements dans ce secteur, ainsi que les plus importantes innovations, appliquées surtout en robotique. 

Investissements en logistique, record de 4,1 milliards d’euros en 2019

Les investissements en logistique se développent de plus en plus et au seconde semestre de 2019 ont dépassé chaque quota précédemment atteint pendant la dernière décennie, pour arriver à un total de 4.1 milliards d’euros, dont le 50% et plus est représenté par les principaux investisseurs de la GDO, avec une transaction outre que les 2 milliards d’euros. 

La plus part des transactions (60% et plus) a toujours concerné de nouvelles constructions, et ce pourcentage est arrivé jusqu’à 70% à la fin de 2019, suivi de plus par un investissement croissant des structures déjà existantes. 

Le développement de la logistique, les nouvelles technologies d’automatisation de l’entrepôt

Aujourd’hui il ne suffit plus d’investir en logistique en considérant le seul entrepôt ; il faut surtout tenir compte du développement de l’e-commerce, de plus en plus présent avec des quotas de marché qui augmentent d’une année à l’autre. 

C’est pour cette raison que l’automatisation d’un entrepôt devient un facteur clé pour une réelle compétitivité : en partant des activités de chargement et décharge, à celles de triage ou de préparation des colis, chaque phase peut désormais compter sur un support automatique.

Néanmoins, l’automatisation ne doit pas être sous-évaluée, il y a différentes études de préparation pour l’efficacité d’un entrepôt, et les modifications ne sont pas toujours de la même portée. 

Avant d’affronter un tel changement, il faut réfléchir sur quelques points basiques, comme: 

  • Quel type de logistique? Suis-je distributeur ou producteur?
  • Quel type de produit? Ai-je une complexité de produits à gérer?
  • Quels sont mes volumes de mouvement de marchandise?
  • Y a-t-il assez de personnel? S’agit-il de personnel fixe ou d’intérim sélectionné ad hoc pour certains périodes?
  • Quels flux sont à prévoir pour l’avenir? 

Toutes ces questions servent principalement  à comprendre quelles sont les réelles nécessités d’un entrepôt, et quel est le degré d’automatisation à atteindre. 

Il faut donc suivre deux principes nécessaires aujourd’hui :

  1. Flexibilité. 

Il n’est plus possible de penser une production rigide et prédéfinie : les demandes varient souvent au dernier moment, comme les volumes ou les commandes (par exemple pendant le Black Friday, où les commandes d’un seul jour sont presque égales à celles d’un mois). 

En outre de la variation en termes de volumes, il faut aussi réfléchir sur la tendance saisonnière du secteur des matières premières : difficilement les produits seront les mêmes pour l’année entière (par exemple dans un magasin de bricolage en été il y aura beaucoup plus de marchandise à disposition, comme les piscines, les meubles de jardin… tandis qu’en hiver l’assortiment sera plus limité). 

  1. Requalification
logistique opérateur

Cette nécessité de flexibilité et d’adaptabilité décrite avant, nous oblige à avoir un entrepôt facilement “convertible”, étant donné que souvent, surtout si on dispose seulement d’un service de logistique, les nécessités pourraient changer, ou le client pourrait demander un décentrement de l’entrepôt en voulant le transférer.

Quel est le rôle de l’automatisation de l’entrepôt?

Un entrepôt automatisé  n’est plus, comme c’était avant, rigide et schématique, avec des robots fixes qui n’avaient pas d’autres tâches et où tout le travail était centré autour d’eux. 

Au contraire, un entrepôt automatique aujourd’hui est à même de travailler au mieux afin de respecter les exigences et surtout les demandes provenant de la production ; ce qui est plus important, est de collaborer avec les opérateurs d’entrepôt, sans qu’ils soient pénalisés par la présence des robots. 

Avez-vous besoin d’une solution permettant d’accélérer le travail en entrepôt, et au même temps de suivre les changements imposés par le marché? 

Parlez-en avec nos experts, ils trouveront la solution adaptée! 

robot logistique Agile 1500

Un exemple de robot en logistique?

Comau robotics a créé un robot dédié au monde de la logistique : Agile 1500, son premier robot AGV (véhicule à conduite automatique) à même de transporter des charges allant jusqu’à 1500 kg

Son objectif est de devenir un véritable assistant, capable de répondre aux exigences de production just-in-time, et de garantir une plus ample efficacité productive. 

Voulez-vous en savoir davantage? Découvrez ici notre plate-forme mobile à conduite automatique Agile!